Covid19: FabLab fermé intense activité !

Depuis le 4 avril nous avons mis une énorme machine en route pour fournir 45000 écrans de lunettes découpées dans un film de mylar et 7000 montures imprimées en PETG. Ces gros chiffres ont été demandés par le service des achats du HUG-CHUV qui nous a fait confiance pour mettre le personnel hospitalier à l’abri d’une pénurie de ce dispositif de protection.

En même temps que nous faisions le modèle de la monture pour l’imprimer en 3d nous cherchions à mobiliser l’ensemble des FabLabs suisses et du MakerSpace de Lausanne pour trouver la matière première et les forces pour couvrir tous les aspects d’un tel projet.

Heureusement un entrepreneur nous a aidés non seulement à acheter la matière première nécessaire à la fabrication des écrans à un moment où il devenait difficile de s’en procurer (fin mars début avril) mais en plus, il a pu transformer son outil de production (découpe de voiles) pour ce projet.

https://www.rts.ch/play/tv/12h45/video/le-tissu-economique-se-reoriente-pour-sadapter-aux-nouveaux-besoins-de-masques-?id=11286377

La mobilisation des membres de ces espaces où l’on aime tant faire avec les autres dans les ateliers a dû prendre une nouvelle tournure à cause du confinement. Il a fallu embarquer les imprimantes 3d à la maison et c’est souvent en famille que les montures ont été produites par une quinzaine de contributeurs.

L’imprimante 3d peut prendre une place insolite en phase de confinement…

Les montures placées par lot de 10 dans des sachets de congélation sont expédiées dans des cartons d’un peu plus de 100 lots au dépôt HUG-CHUV semaine après semaine.

Nous sommes donc passés du prototypage rapide à une forme de production non moins rapide…

Ce qui est saillant pour nous dans cette expérience comme nous l’expliquions dans notre précédent article est le rapport avec le collaboratoire de l’Unil qui nous a fait gagner la confiance des acheteurs du CHUV. Ensuite il y a eu l’aide que tous les fournisseurs de matière première nous ont apportée pour nous aider à trouver l’introuvable malgré le confinement. L’expérience prouve que le rapport entre entrepreneurs et FabLabs peut être d’une redoutable efficacité (par nos capacités à concevoir et à modéliser autant que par la multiplicité de nos contacts) et enfin, s’il en était encore besoin, que les membres des FabLabs sont aussi des Makers et que quand il faut faire, ils/elles font !

Richard 2 mai 2020

Covid19 : Que faisons-nous ?

Qui est ce nous ?
Plusieurs FabLabs de Suisse, que je ne vais pas citer de peur d’en oublier : fablab.ch


Le dimanche 22 mars nous avons demandé au responsable du ColLaboratoire de l’UNIL en contact avec les services de santé du canton, comment nous pouvions aider. Nous avons proposé de construire des visières de protection comme nous en voyions partout sur le net.
La réponse a été rapide  et est venue du CHUV : « Non ces grandes visières ne nous sont pas nécessaires, nous utilisons des lunettes et ne voudrions pas en manquer ».
Un membre du FabLab At3flo a pris contact avec un responsable des achats HUG-CHUV qui a donné un ordre de grandeur des besoins de plusieurs milliers de ces écrans de ces montures.

Nous nous sommes alors mis au travail pour modéliser une monture à imprimer en PETG ou en PLA et une forme d’écran à découper dans du Mylar de moins de 200 microns d’épaisseur.



Il fallait aussi s’assurer de disposer de la matière première en quantité suffisante pour en fabriquer plusieurs milliers, ce qui a été le plus difficile en cette période.
Heureusement le savoir-faire d’un de nos membres du FabLab  d’Yverdon conjugué à la bonne volonté de nos fournisseurs habituels nous a permis de nous engager à dire aux responsables de la centrale d’achat que les hôpitaux ne manqueraient pas de cet équipement !

L’initiative d’un industriel de la région est aussi venu à notre secours pour nous garantir la disponibilité de matière première, non seulement en important toute la matière qu’il fallait, mais aussi en mettant à disposition son outil, pour découper les écrans nécessaires pour les hôpitaux et des visières pour d’autres acteurs de la santé ou pour la protection plus générale des personnes exposées.

Ce samedi 4 avril, nous pouvons être tranquilles, nous sommes en mesure de fournir ces écrans et de fabriquer ces montures en impression 3d !

La question des visières.
Le premier modèle que nous avons vu et qui a marqué les esprits tant nous sommes attachés à son concepteur est celui de J.PRUSA.

Nous nous sommes cependant vite rendu compte que l’impression en 3d du support de la visière serait chronophage et qu’il fallait imaginer une production différente en évitant l’impression 3d si ancrée dans l’imaginaire collectif…
Les modèles des Polonais K.Klepacki et M Dyrda ont le mérite d’être faciles à produire en grand nombre, ce sont ceux que nous proposerons s’ils nous en étaient demandés.

Toutes informations utiles pour la fabrication : ici

Richard Le 4 avril 2020



Coronavirus

lunette de protection

Il a fallu que cette pandémie nous touche de plein fouet pour que je me remette à venir sur ce site pour donner des nouvelles de ce que nous faisons, des projets que nous réalisons et de l’état d’esprit avec lequel nous le faisons.

Commençons par le plus important, ce que nous faisons aujourd’hui pendant ce moment si particulier de notre vie sociale. Nous essayons de nous rendre utiles. Ce nous, c’est l’ensemble des makers et des membres des FabLabs suisses. Nous nous proposons de fabriquer ce qui manque dans les hôpitaux, en dehors des masques et de bien d’autres choses, à savoir des lunettes de protection.

lunette de protection

Vous voyez là le prototype que nous avons construits et discutés avec des membres de différents FabLabs. Une fois le prototype validé, modifié, établi, nous allons nous mettre à le produire à des centaines d’exemplaire dans plusieurs de nos ateliers, Makerspaces ou FabLabs.

Richard le 25 mars 2020

Une affiche pour le FabLab

Profitant de la réalisation de notre version du polargraph nous nous sommes amusés à réaliser une affiche pour le FabLab. Plutôt que d’utiliser celle très réussie du graphiste de la BCUL, nous en avons créé une à notre style beaucoup moins professionnelle. Nous l’imprimons et la polargraphons…

Automne 2018

Nous avons délaissé l’écriture d’articles sur le site tellement nous avons d’activités dans cette IRL (In Real Life). Pourtant vous auriez de passionnantes aventures à lire…

  • Nous avons réalisé pour et avec Catherine Bolle une centaine de « tavillons » en PET pour une installation. L’épopée de cette aventure est écrite, il va nous falloir la mettre à disposition. Vous allez pouvoir voir l’installation à la Grange de Dorigny « La ruche humaine ».

  • Nous revisitons la construction d’un polargraph pour la manifestation Cosmos au palais de Rumine. Nous y serons tous les jeudis soir de 18h à 22h des mois d’octobre et novembre, dans un FabLab éphémère…

  • Nous avons été avec notre polargraph pour fêter les 40 ans du centre socioculturel de la Bourdonette.
  • Nous serons à LemanMake ces 29 et 30 septembre à la salle des fêtes de Renens.

Derrière le poste…

Les médias parlent de plus en plus du FabLab. À la radio ou à la télé, on ne va pas s’en plaindre, cela invite beaucoup de monde à venir découvrir nos fabuleux espaces. Il y a tellement de différences avec tout ce que l’on peut trouver ailleurs sur tant de domaines que souvent les journalistes se cantonnent à un objet emblématique du lieu, l’imprimante 3d !

Quand ils ne le font pas, on ne peut que s’en réjouir…

A la radio Xavier Bloch a visité plusieurs FabLabs de Suisse romande et a découpé son émission en 4 tranches diffusées du 9 au 13 janvier sur rts1,  cela donne une bonne idée de la diversité et de l’esprit des lieux.

La réalisatrice de Nouvo@rts.ch aborde un sujet bien délicat – celui de l’éthique des FabLabs vis-à- vis de l’esprit des startups en moins de 3 minutes. Un tel thème mériterait un développement bien plus long pour montrer en quoi cette différence est bénéfique pour tout le monde dans notre société hyper technicisée. Cette émission ne le permettait pas.

En dehors de la correction qui s’impose, sur mon statut de collaborateur scientifique qui a été hissé à celui de prof, le montage n’a pas trahi ce que j’ai exposé. On peut donc prendre le temps ici d’en dire plus sur le contexte dans lequel ces séquences ont été prises. Le 20 décembre 2016 aux Ateliers de Renens lors d’une réunion de fin d’année où tous les occupants du lieu se présentaient. Il est évident que parmi toutes les startups et l’incubateur MassChallenge, nous apparaissions comme un cheveu dans la soupe, et c’est ce cheveu que Séverine Chave est venue filmer. Nous partageons un local de 117m2 avec le hackerspace FIXME au premier étage des Ateliers, l’ambiance contraste avec le 3e étage des anciens IRL entièrement rénové pour abriter les jeunes pousses lauréates de MC ! Il était donc normal de parler de ce qui nous différenciait des autres occupants du lieu et de dire pourquoi à l’abri des soucis du marketing et des problèmes financiers, nous pouvions pleinement nous consacrer aux réflexions sur le rapport technique/société. La lecture du livre publié sous la direction d’Alain Kaufmann et de Dominique Bourg de l’UNIL « L’age de la transition » En route pour la reconversion écologique ne pouvait que m’avoir influencé ! Cette publication donne la parole à des économistes, physiciens, philosophes, sociologues, ingénieurs ou biologistes préoccupés de notre avenir dans la biosphère et convaincus qu’il faut d’urgence nous engager dans de nouvelles voies de développement. Si la technique est à la fois un remède et un poison, refusons de nous empoisonner.

Richard Timsit

Une fabuleuse fin d’année 2016

Vue panoramique Atelier

Nous terminons l’année 2016 installés dans le nouveau local que nous partageons avec le Hackerspace FixMe au chemin du Closel 3 à Renens.

Vue panoramique Atelier

Vue panoramique Atelier

Le déménagement/aménagement n’a pas été de tout repos, mais nous nous en sommes bien sortis et tout est presque fini.

Il nous a fallu faire face à quelques imprévus en réparant le câble réseau sur le toit de l’immeuble…

…ou attendre bien longtemps pour pouvoir enfin raccorder la sortie de notre extracteur sur un percement de la fenêtre.

Sortie extracteur

Sortie extracteur

Nous avons pu participer à Museomix 2016 à Nyon avec d’autres FabLabs et le Hackerspace PTL de Genève. Une fois de plus démonstration a été faite de l’importance de notre contribution pour le prototypage rapide.

Nous poursuivons notre projet avec Le Foyer et en arrivons aux plans de détail en 3d des nouveaux bâtiments.

Plan Bâtiment C

Plan Bâtiment C

2017 verra la réalisation du modèle de la bactérie pour le projet PhageBak de même que la poursuite du projet Peekaboo. Nous nous sommes engagés dans des projets de clavier combinatoire et de communication entre objets connectés, nous vous ferons suite des avancées de ces travaux dans des articles à venir. 2017 sera aussi notre année CNC avec la finalisation de notre projet Rolanduino  interrompu trop brutalement et la mise en route d’autres fraiseuses numériques desquelles nous avons déjà les moteurs et les armatures.

Nous vous présentons nos meilleurs vœux pour l’année 2017 en vous la souhaitant créative, contributive et inspirée.

Richard.

Un nouvel élan

Nous venons de déménager du Chêne 20 à Renens vers le chemin du Closel 3 dans la même ville.

Pour cette raison, notre FabLab changera de nom et deviendra FabLab Renens.

C’est bien grâce à l’initiative de Sébastien Actis-Datta qui nous a donné tout l’équipement et qui a convaincu l’école Athenaeum de nous héberger que le FabLab Chêne20 est né à la fin de l’année 2013. Aujourd’hui, les établissement de Sébastien et l’école Athenaeum ne sont plus à Renens. Il nous a fallu trouver un nouveau local.

Nous avons choisi de partager un espace de 117 m2 dans l’ensemble locatif des  Ateliers de Renens avec le plus ancien Hackerspace de Laussane FixMe. Nous allons changer de nom puisque plus rien nous lie désormais au chemin du Chêne20 sinon notre histoire.

Forts de notre expérience et perdant l’appui des entités qui nous ont permis d’exister, nous allons relever le défi qui nous est imposé. Continuer notre activité avec pour seules ressources les cotisations de nos membres et le soutien des institutions, des PME ou des personnes, reconnaissantes de la valeur de nos projets.

Les Ateliers de Renens sont en plein chantier. Nous sommes au premier étage du numéro 3 du chemin de Closel et ne pouvons dire encore exactement par quelle entrée les visiteurs devront passer pour nous trouver. Pour l’instant l’entrée marquée 5 est ouverte dans la journée.  Aucun automate n’étant  en service pour ouvrir le portier du bâtiment, nous avons mis en place un téléphone qui nous permettra de venir vous chercher +41 21 508 16 92.


Afficher une carte plus grande

 

Notre FabLab n’est pas opérationnel, nous faisons au plus vite pour le réaménagement et espérons que les OpenLabs du mardi reprendront au plus vite.

Assemblée extraordinaire

Nous avons lancé cet appel à nos membres :
        Vous êtes presque une centaine de personne à avoir fréquenté à un moment ou à un autre notre FabLab depuis qu’il existe. Aujourd’hui, nous sommes à la croisée des chemins et allons prendre un second envol dans de nouveaux locaux partagés avec le HackerSpace FixMe au Chemin du Closel 5 à Renens.
        Les forces qui nous ont donné les possibilités d’exister, l’école Athenaeum qui nous hébergeait et les sociétés Oblong-Impression & Actis-Datta SA qui nous ont offert les machines, n’existent plus sous une forme qui leur permette de nous soutenir. Les personnes qui les représentaient avaient constitué l’association à laquelle nous appartenons.
        En 3 ans d’existence, nous avons fait la preuve de la viabilité d’un FabLab, de l’importance des valeurs qu’il avait à défendre et de son utilité sociale. Si nous ne nous sommes pas beaucoup préoccupés de cette vie associative qui garantit pourtant notre existence, il nous faut désormais la prendre sérieusement en main et nous donner un modèle économique.
        Nous devons faire une assemblée générale extraordinaire dans les jours qui viennent afin d’élire un nouveau comité et de nous donner les moyens de voler de nos propres ailes.
        Si vous avez participé à la vie du FabLab et n’avez pas payé vos cotisations pour l’année 2016 faute d’avoir été invité à le faire, en voici l’occasion. Ceci vous permettra de prendre part aux votes. Vous allez recevoir une facture à la suite de ce message.
        Si vous n’avez encore pas pu participer à la vie du FabLab – notre appel est volontairement très large – vous pourriez avoir grand plaisir à être présent à cette assemblée pour mieux nous connaître, pour participer aux débats et nous rejoindre.
L’ordre du jour de l’assemblée générale extraordinaire est le suivant :
  1. – Introduction du président fondateur (SA)
  2. – Bref bilan de l’activité du FabLab ces 3 dernières années. (RT)
  3. – Perspectives immédiates en terme de projets et d’organisation (RT)
  4. – Trésorerie (CZ)
  5. – Élection du bureau (CZ)
  6. – Verrée de la solidarité

 

Les animateurs de l’ex FabLab Chêne20.

Les Mytères du FabLab

Antonin_le_pieux

 

 

Dans le cadre des Mystères de l’UNIL nous avons été invités à collaborer avec deux instituts, l’un de géographie et l’autre d’archéologie et des sciences de l’antiquité.

 

Une maquette topographique imprimée en 3d ainsi qu’un prototype de géovisualisation électronique ont été réalisés pour l’institut de géographie.

géovisualisation

La topographie de la maquette et du prototype est située à l’embouchure de la Venoge aux alentours de Saint-Sulpice dans le Canton de Vaud. Elle a été construite à partir du modèle numérique de terrain et du modèle numérique de surface, produits par swisstopo.

Notre imprimante 3d Gigabot nous permet théoriquement de réaliser des maquettes importantes d’un format de 60cm X 60cm X 60cm. Toutefois, en raison du délai de réalisation et du temps à disposition, nous n’avons pu obtenir un résultat satisfaisant avec une impression de la maquette dans son intégralité. Le concept de visualisation de la maquette a donc évolué. Le modèle a été découpé en 12 parties de 16 cm sur 16 cm afin de constituer un puzzle à l’échelle de 1 :1500. La réalisation de ce puzzle en 3d donne une excellente idée du potentiel d’une impression 3d simple en FDM.

maquette_3d

Le prototype de géovisualisation électronique permet de visualiser en 3d une portion de topographie de 6.2 cm sur 9.6 cm à l’échelle de 1 :1000 et renseigne sur le sens d’écoulement de la Venoge.

Les_pions

Des pions pour un jeu de stratégie ont été imprimés pour l’institut d’archéologie et des sciences de l’antiquité. Ils ont été réalisés grâce à un excellent modèle de buste d’Antonin le Pieux réalisé par Marius Hirn. Marius a utilisé son smartphone pour photographier la sculpture à la glyptothèque de Munich. Avec cette photographie, il a construit un modèle 3d qu’il a partagé sur Thingiverse. Sa contribution nous a permis de réaliser rapidement les pions nécessaires au jeu. Pour de plus amples détails, visitez cette référence.